Me soutenir

Flattr this

Mes applications

Mes applications sur le Google Play Store

Liens en bazar récents

    Langue française

    Étymologies en vrac

    Pour ce deuxième article de la série « Étymo… logique », j’ai décidé de vous présenter succinctement quelques mots certes répandus, mais dont l’étymologie m’a semblé être instructive et quelquefois étonnante :

    • Sarcophage : du grec ancien sarkophagos (σαρκοφάγος, « qui se nourrit de la chair »), constitué de sarkos (σαρκός, « chair, corps ») et de phágos (φάγος, « mangeur »). Ces cercueils ont été appelés ainsi car la pierre utilisée avait la réputation de consumer les chairs.
    • Virus : du latin viruspoison, toxine, venin »). Tout simplement.
    • Apothéose : du latin apotheosisdéification, action d’élever au rang des dieux »), issu du grec ancien apotheôsis (ἀποθέωσις, de même sens), dérivé de theós (θεός, « dieu »).
    • Loisir : de l’ancien français loisir être permis »), issu du latin licere (de même sens). En effet, ce temps libre nous permet de faire ce que l’on veut, ce qu’il nous plaît.
    • Arène : du latin arenasable »), car la partie centrale des amphithéâtres (où se déroule les jeux et les combats) est sablée.
    • Monstre : du latin monstrumavertissement céleste, présage divin »), terme du vocabulaire religieux, de monere (« avertir »).  Je cite Wikipédia pour l’explication : « le monstre est ce que l’on montre du doigt, et aussi ce qui se montre, ce qui traduit la puissance divine de la Création, capable de mettre du désordre dans l’ordre ou le contraire, provoquant soit la terreur, soit l’admiration. »
    • Embonpoint : de en bon pointen bonne condition, en bonne santé »). Il fut une époque où être bien en chair était un signe de bonne santé.
    • Animal : du latin animalêtre vivant »), de anima (« souffle de vie, principe vital »).
    • Décimer : du latin decimarepunir (de mort) un homme sur dix »), de decem (« dix »). En effet, les Romains avaient pour coutume, en cas de défaite de leurs propres armées, d’exécuter au hasard un soldat sur dix.

    On se retrouve bientôt pour de nouvelles étymologies en vrac :)

    Sources principales : Wikipédia, le Wiktionnaire, le Trésor de la Langue Française informatisé et le dictionnaire Larousse en ligne.

    Hiberner ou hiverner ?

    J’inaugure cette nouvelle catégorie « Questions de langue » par la question suivante : quand doit-on employer le verbe hiberner ou hiverner ? Quelles différences existe-t-il entre les deux ?

    Illustratrion paysage hivernal

    Image par GollyGforce (sous licence CC BY).

    Tout d’abord, les deux viennent du latin hibernare (« passer l’hiver »), donc a priori, on pourrait penser qu’il s’agit de synonymes parfaitement interchangeables, mais, vous vous en doutez certainement, ce n’est pas le cas ; leur signification diffère malgré l’origine commune des deux verbes.

    Hiberner

    Ce verbe s’emploie en parlant de certains animaux qui passent l’hiver en hibernation, c’est-à-dire dans un état d’engourdissement ou de profonde léthargie : baisse de la température corporelle, ralentissement de la fréquence respiratoire et cardiaque et inactivité de la plupart des zones du cerveau. En bref, c’est un sommeil profond qui permet de passer l’hiver.

    Par exemple, les marmottes et les chauve-souris hibernent.

    Hiverner

    Au contraire, ce verbe désigne le fait de passer l’hiver à l’abri du froid, dans un lieu quelconque. Il peut s’employer pour parler de navires ou de troupes qui doivent passer l’hiver dans un lieu protégé ou d’animaux qui vont se réfugier dans un abri tempéré en attendant le retour du printemps. Cependant, bien que les animaux en hivernation se reposent et connaissent une période de vie au ralenti, ils restent toutefois actifs et doivent sortir pour s’alimenter ; l’hivernation est comparable à un état de somnolence.

    Par exemple, « les navires hivernent dans le port », « les oiseaux migrateurs hivernent dans les pays chauds » et « le blaireau hiverne durant la mauvaise saison ». Attention, contrairement à ce qu’on entend dire souvent, l’ours n’hiberne pas, il hiverne !

    On peut également utiliser ce verbe pour parler de plantes qu’on hiverne pour protéger du froid ou de troupeaux qui hivernent dans une étable.

    Si vous voulez en savoir plus (ou vérifier mes dires) :

    Étymo… logique #1 : Présentation et sinistre

    Présentation

    Cet article inaugure une idée qui me trottait dans la tête depuis un bon moment déjà : parler d’étymologie.

    Qu’est-ce que l’étymologie ?

    L’étymologie, c’est l’étude de l’origine des mots, en remontant à la plus ancienne possible. Par exemple, « étymologie » vient du grec etumología (ἐτυμολογία) qui signifie littéralement « étude du vrai (sens d’un mot) » et est composé de étymos (ἔτυμος, « vrai ») et de lógos (λόγος, « parole, discours, étude »). Il s’agit là de l’origine la plus ancienne donc, mais avant d’apparaître tel qu’il est en français, ce mot nous est parvenu par l’intermédiaire du latin etymologia.

    Étudier l’étymologie d’un mot, ce n’est pas seulement étudier son origine, mais également jeter un regard sur notre histoire, l’histoire de notre langue et les raisons pour lesquelles les mots sont faits ainsi. Un pan de notre histoire peut, sinon être étudié, au moins être apprécié au-travers de cette lucarne. Bref, remonter à l’origine d’un mot, c’est remonter à l’origine de notre culture.

    La genèse du projet

    Au départ, je souhaitais concrétiser cette idée en l’intégrant à mon application « le mot du jour » mais j’ai vite changé d’avis, car ce n’est pas là l’objectif premier de cette application et, de plus, je ne veux qu’elle devienne une usine à gaz. L’application est complémentaire à ce projet, et non substituée par celui-ci, car bien qu’elle fasse mention de l’étymologie des mots présentés, cette dernière est brève, allant directement à l’essentiel sans s’y attarder.

    Ainsi, ces articles se concentreront sur l’étymologie de mots particuliers. Des mots insolites, rares ou peu courants ? Non, pas forcément. Au contraire du mot du jour, le but n’est pas de se focaliser sur de tels mots, mais plutôt sur l’origine de mots tout à fait communs, entendus tous les jours sans jamais savoir d’où ils viennent ni ce qu’ils signifiaient vraiment. Oui, car certains mots changent de signification avec le temps, c’est indéniable (vous le constaterez). Évidemment, tous les mots de la langue française ne seront pas analysés, uniquement ceux ayant une origine jugée « insolite » ou « surprenante ». En d’autres mots, une origine dont on ne se douterait pas au premier abord !

    Étymo… logique ?

    J’ai décidé de nommer cette série d’articles (qui est aussi une catégorie de ce blog) « étymo… logique ». Jeu de mots entre étymologie et logique, car lorsque vous aurez lu les articles, l’étymologie des mots présentés vous semblera plus logique (du moins, je l’espère !). Pourquoi des points de suspension au milieu ? Simplement pour mettre en évidence le jeu de mots et marquer la différence avec l’adjectif étymologique.

    Toujours intéressé(e) ? Alors c’est parti pour le premier mot !

    Sinistre

    Un cimetière la nuit, seul, sans la moindre lumière sinon celle de la Lune, c’est sinistre. Autrement dit, c’est funeste, lugubre, terrifiant. Un sinistre, c’est un accident, une catastrophe, un événement catastrophique. Nous connaissons tous les sens de ce mot, mais qu’en est-il de son étymologie ?

    Les origines

    Sans trop de surprises, sinistre est emprunté au latin sinister. Ce qui est un peu plus surprenant par contre, c’est que ce mot signifie en fait… « gauche, qui est à gauche » (la droite se disant dexter en latin) !

    Depuis très longtemps, la main gauche est associée à la maladresse (d’où l’expression « être gauche »), et plus particulièrement à la « main du diable », la main « impure » (dans certaines religions, les choses sacrées ne doivent pas être effectuées avec la main gauche, celle-ci étant cantonnée aux activités « impures », comme s’essuyer l’arrière-train). Bref, être gaucher, c’est faire partie d’une minorité – environ 13% de la population française est gauchère – longtemps mal vue et même persécutée, torturée et exécutée à une certaine époque. Et on sait à quel point l’être humain a peur de ce qui est différent et sort de l’ordinaire.

    Vous l’aurez donc compris, en latin, sinister c’est la gauche, avec une forte connotation négative que l’on retrouve dans sinistre !

    De sinister à gauche

    Pourtant, un détail intriguant demeure : le mot français n’a gardé que le mauvais sens justement, il n’est plus du tout question de la gauche. Que s’est-il passé ?

    En réalité, j’ai un peu brûlé les étapes : nous ne sommes pas directement passés de sinister à sinistre, il y a eu une étape intermédiaire dans l’évolution de ce mot : senestre (ou sénestre) – de la même manière que l’on est passé de dexter à dextre.

    De nos jours considéré comme vieux ou littéraire, senestre est un synonyme pour gauche. Bien, on s’y retrouve. Seulement, ce mot a été mystérieusement remplacé par gauche, qui n’a pas du tout la même origine (c’est évident), pourquoi ?

    Malheureusement, on ne sait pas. Il semblerait que le mot senestre a été remplacé par gauche aux alentours du quinzième siècle, sans que l’on puisse donner d’explication. Pire, même son origine est obscure !

    Voilà, j’espère que ce premier article vous aura plu, n’hésitez pas à commenter et partager cet article et rendez-vous au prochain épisode :)

    Quelques termes en français de Suisse

    Dans la langue française, au delà des simples nombres, il y a de nombreux termes qui sont spécifiques à des régions propres. Ce qui est tout à fait normal, car la langue française a évolué de façon différente en fonction des lieux, en y intégrant des mots d’autres langues, des traits culturels et religieux, des idiomes, etc. Chaque mot a une origine qui lui est propre : étudier l’étymologie d’un mot, c’est étudier son histoire, donc notre Histoire ! Contrairement à ce que l’on pourrait parfois croire, ils ne « tombent » pas de nulle part (même les plus bizarres) !

    Carte des langues en Suisse

    Les différentes langues en Suisse. Source et licence : Wikimédia.

    Dans cet article, je vais simplement vous faire part de certains termes typiquement Suisse et, plus particulièrement, ceux de la région du Jura bernois (haut de la partie violette sur la carte). J’encourage d’ailleurs d’autres blogueurs à partager quelques uns de leurs mots régionaux ;)

    Continuer la lecture